Le blog de Lizzie Crowdagger

Ici, je discute écriture et auto-édition, fanzines et livres numériques, fantasy et fantastique, féminisme et luttes LGBT ; et puis de mes livres aussi quand même pas mal
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Extrait : Vraie vampire

, 00:53 - Lien permanent

La sortie récente d'Une autobiographie transsexuelle (avec des vampires) m'a donné envie de replonger un peu dans cet univers et avec ces personnages. Ceci est donc un extrait de ce qui pourrait être le début d'une nouvelle, ou bien d'autre chose, dont le titre très temporaire est pour l'instant « Vraie vampire ».

Contrairement à Une autobiographie transsexuelle (avec des vampires), qui est raconté selon le point de vue de Cassandra, l'idée est de partir du point de vue de Morgue. Ce qui est amusant, c'est qu'à l'époque il me semblait impossible de prendre son point de vue pour la narration : en effet Morgue est censée être une vampire badass qui raconte beaucoup de choses pas toujours vraies sur son passé. À l'opposé, Cassandra avait le rôle d'« humaine normale » qui découvre le gang de bikeuses en même temps que le lecteur, ce qui en faisait la narratrice idéale (la même raison, en bref, qui fait que c'est le Docteur Watson et pas Sherlock Holmes qui est narrateur des livres de Conan Doyle).

Bref, tout ça pour dire qu'avoir une narration à la première personne avec Morgue me paraissait un peu casse-gueule, mais au final j'avais envie d'essayer. Ce qui suit est donc plus une façon de voir ce que ça donne qu'un projet très lancé.

Sur ce, le bla-bla de présentation est en train de devenir plus long que l'extrait lui-même, alors le voici :


Je m'appelle Morgue, et je suis une vampire.

Avant qu'on commence, il y a deux choses que vous devriez savoir sur moi.

La première, c'est que je suis une vraie vampire. Je ne fais pas partie de ces non-morts qui essaient de s'intégrer aux valeurs de la République, qui ne boivent que du substitut à l'hémoglobine et portent fièrement un bracelet noir indiquant qu'ils suivent un traitement les dégoûtant du sang humain. (J'ai pris ce traitement pendant deux mois, pour essayer. Vous avez une piqûre tous les mois, et c'est sensé vous empêcher de planter vos crocs dans un honnête citoyen. En réalité, tout ce que ça fait, c'est vous faire vomir quelques minutes après. Les humains présentent cela comme la solution idéale au « problème vampirique », feignant sans doute de voir que les séances à dégueuler dans les chiottes après des soirées trop arrosées ne les ont, eux, jamais empêcher de vider la bouteille de Vodka.)

Je suis une vraie vampire. J'ai plusieurs milliers d'années. J'étais là lorsque Jésus Christ se faisait planter sur sa croix. J'étais là quand Néron foutait le feu à Rome. J'étais là quand Danton se faisait guillotiner, à la prise du Palais d'Hiver, quand Hitler se tirait une balle dans la tête ou encore au premier concert de AC/DC.

J'ai tué Dracula, qui n'était pas aussi fort qu'il le croyait. J'ai rencontré le Premier Vampire, celui dont nous descendons tous et qui n'est qu'une légende pour la majorité des morts-vivants. J'ai côtoyé des elfes lorsqu'ils étaient encore dans ce monde.

La seconde chose que vous devriez savoir sur moi, c'est que je suis légèrement mythomane. Vous feriez mieux de ne pas croire sur parole tout ce que je raconte.

1529 lectures

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet