Le blog de Lizzie Crowdagger

Ici, je discute écriture et auto-édition, fanzines et livres numériques, fantasy et fantastique, féminisme et luttes LGBT ; et puis de mes livres aussi quand même pas mal
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Journal de confinement (avec une vampire) — Sixième jour

, 13:38 - Lien permanent

Wesh journal. Quelques petites nouvelles du jour, pour la postérité.

La situation interne de notre couple s’est stabilisée. Animal Crossing a vraiment fait du bien à Rouge, et on est repassées sur une situation comme ça devrait l’être, d’entraide et de soutien mutuel plutôt que d’énervement réciproque.

On s’est même fait un peu des câlins hier soir. J’ai quand même porté un masque et des gants, au cas où. D’accord, ce n’était pas pour réduire le risque de contamination au sein de notre couple, mais plutôt le signe que cette pandémie a au moins eu le mérite de réveiller quelques fétiches.

Sinon, on pourrait croire que tout va bien, mais un nouveau problème a surgi. Les putains de piafs. Sérieusement, je n’en peux plus. On n’entend qu’eux. Piou piou piou et gnagnagna. L’angoisse.

Et le pire, c’est que sur les réseaux sociaux, tous les connards de hippies sont en mode « c’est fabuleux, on entend les petits zozios et plus de bruits de moteurs ». Allez mourir, je veux pouvoir réentendre la douce symphonie de moteurs à grosse cylindrée qui se tirent la bourre dans les rues. En plus, les rues sont vides, ce serait le bon moment pour se tirer la bourre sans mettre personne en danger.

Et je ne parle même pas des connards malthusianistes à tendance eugéniste qui trouvent que cette pandémie est géniale parce que la nature reprend ces droits et tant pis si quelques centaines de milliers de « faibles » meurent dans le processus. Purée, même moi qui suis misanthrope j’arrive à ne pas être autant une trouduc, canalisez-vous.

Quand on pourra ressortir, il y aura des coups de tondeuse à passer, mais pour l’instant, je ronge mon frein. En attendant, j’essaie au moins de prévoir une stratégie pour les piafs. Je me disais que je pourrais leur tirer dessus au pistolet à billes, mais je n’ai pas de pistolet à billes, juste du 9mm qui parait tout de même un peu excessif. Aux prochaines courses, je prendrai peut-être du gros sel pour faire des munitions custom mais raisonnablement non létales pour les faire dégager.

Mais je devrais peut-être garder ma poudre pour les cas plus dangereux. Comme on nous le répète, ce n’est que le début, et la situation va s’aggraver. J’ai déjà vu des images de canards qui se promenaient dans Paris, j’espère qu’ils ne vont pas s’approcher de chez nous. Je peux pas blairer les canards, c’est vraiment des saloperies.

408 lectures

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet