Le blog de Lizzie Crowdagger

Ici, je discute écriture et auto-édition, fanzines et livres numériques, fantasy et fantastique, féminisme et luttes LGBT ; et puis de mes livres aussi quand même pas mal
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - loi travail

Fil des billets Fil des commentaires

Contre la loi travail, mes textes seront suspendus des plate-formes de vente en ligne

, 21:56

N'étant pas salariée, je ne peux pas me mettre en grève le 31 mars contre la loi travail.Ça me frustrait un peu, parce que je pense que cette loi est un recul inacceptable.

Et puis je me suis dit : même si personnellement je me fais pas beaucoup d'argent avec, je vends aussi (en tant qu'auto-éditée) certains de mes romans sur Amazon, Kobo, ..., tandis que d'autres sont disponibles gratuitement. Je ne me fais pas beaucoup d'argent avec, mais de fait ces entreprises se font beaucoup d'argent avec les auto-édité·e·s (et même avec les textes disponibles gratuitement sur leurs plate-formes, ne nous faisons pas d'illusions).

Donc voilà, vu que le but d'une grève est quand même de bloquer l'économie, je me suis dit que supprimer temporairement mes textes des plate-formes de diffusion était ma façon de participer à la grève. Je ne me fais pas d'illusion sur le fait que mon action à moi, seule, aura un impact de malade.

Par contre je me dis que les boîtes qui tournent sur le travail semi-pro des gens c'est quand même un modèle qui se répand. En général il y a l'argument « non mais vous savez la plupart ont un boulot à côté, c'est juste une passion », sauf que dans le même temps y'a plus de boulot et qu'on est de plus en plus à juste avoir le RSA à côté. Donc à un moment donné, si on veut participer à ce moyen d'action qu'est la grève, faut voir un peu de nouvelles modalités.

Bref tout ça pour dire que dans quelques jours (le temps que ça se mette en place, j'espère que ça tombera pour le 31), et pendant quelques jours/semaines/mois (selon ce que donne la mobilisation et si le gouvernement recule), mes textes ne seront plus disponibles sur ces plate-formes. Et je me sens pas de faire un appel vibrant, mais vu qu'on parle tout le temps des nouvelles formes de mobilisation liées à Internet, je me dis que si d'autres auto-édité·e·s, youtube·ur·se·s, etc., décidaient également de bloquer les profits faits grâce à leur travail le 31 (voire de manière reconductible), je trouverais ça plutôt cool.