Le blog de Lizzie Crowdagger

Ici, je discute écriture et auto-édition, fanzines et livres numériques, fantasy et fantastique, féminisme et luttes LGBT ; et puis de mes livres aussi quand même pas mal
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - nouvelles

Fil des billets Fil des commentaires

Nouvelles papier DIY #2 : Tromperies sur la marchandise + Une mine de déterrés

, 15:22

Mise à jour : ça y est, les impressions ont été faites et empaquetées, il n'est donc plus possible de commander ce « pack ». En revanche, vous pouvez toujours commander les versions papiers des textes (de manière individuelle) dans la boutique.

Ce mois-ci, la nouvelle en accès payant sera Tromperies sur la marchandise. Pour rappel, elle sera (dans quelques jours) disponible en version numérique pour les personnes ayant souscrit à un abonnement Tipeee (à partir d'1€ par mois).

Pour ce qui est de la version papier, elle sera envoyée aux personnes qui ont souscrit à la version « papier » de cet abonnement Tipeee, à partir de 5€ par mois. Si vous souhaitez la recevoir (avec, en bonus, un autre texte : Une mine de déterrés !), vous pouvez donc soit vous abonner sur Tipeee (et vous recevrez d'autres textes les mois suivants, n'est-ce pas fabuleux ?), soit commander en passant par Paypal :

Tromperies sur la marchandise

Mais du coup, cette nouvelle, elle parle de quoi ? On y suit une sorcière, Vénus, qui va peut-être être radiée de la Sororité de Sorcellerie à cause d'une « révélation » sur sa transidentité.

C'est un texte qui dormait depuis un moment sur mon ordinateur (et que certaines personnes ont peut-être pu lire dans une version antérieure). Pour situer, elle se déroule dans le même univers qu'Une autobiographie transsexuelle (avec des vampires) (pour les personnes attentives et ayant bonne mémoire, le personnage de Vénus est d'ailleurs mentionné dans ce roman). J'avais commencé à écrire ce texte avant Une autobiographie transsexuelle (avec des vampires), et le thème de cette nouvelle préfigurait déjà un peu certains traités dans le roman. Vénus devait d'ailleurs, à l'origine, être un personnage de l'intrigue de ce roman, mais finalement, le projet évoluant, son rôle s'est réduit à être mentionnée dans un dialogue. En retravaillant ce texte, j'étais donc contente de la retrouver, et j'espère que vous prendrez aussi du plaisir à lire cette nouvelle.

Une mine de déterrés

Comme pour le mois précédent, Tromperies sur la marchandise étant une nouvelle un peu courte, j'ai décidé de joindre également la version papier d'un texte déjà existant, en l'occurrence Une mine de déterrés, que vous pouvez déjà consulter librement en version numérique (et qui est aussi inclus dans le recueil Sorcières & Zombies).

Une mine de déterrés est une nouvelle mélangeant fantasy (elle se déroule dans le même univers que Pas tout à fait des hommes) et enquête policière. Deux détectives privés, Anya et Ray, sont engagés pour enquêter sur l'explosion d'une mine, dans une ville en quarantaine à cause de la présence de zombies.

Avec de la lutte, de la classe, et de la lutte de classes !

Commander les versions papier

Je compte imprimer ces deux textes d'ici une dizaine de jours, histoire de laisser aux personnes qui souhaiteraient les recevoir le temps de les commander, soit en s'abonnant sur Tipeee, soit en commandant juste pour ce mois-ci par Paypal (toujours 5€).

J'espère (mais sans garantie) qu'ils arriveront avant Noël et pourront être sous votre sapin (et peut-être même que ça arrivera à temps si vous fêtez plutôt le solstice, mais c'est encore moins sûr).

Il s'agit d'une impression au format A5 en mode fanzine. Si vous vous demandez à quoi ça ressemble, voilà une photo de mauvaise qualité des versions du mois précédent :

Cx4jqlWW8AU1ZyK.jpg
Abonnement papier novembre 2016

Pour finir, précisons également qu'il s'agit d'un tirage limité, signé et numéroté (et « versionné »), donc peut-être ça vaudra super cher dans quarante ans, franchement c'est un bon investissement.

Buy!

(Re)Publication de 17 textes sous licence Creative Commons BY-SA

, 18:22

Histoire que mes derniers articles sur les licences libres et la fiction n'aient pas été que du vent, je me suis attelée à la tâche de republier les textes déjà disponibles sur ce site sous licence libre. Au départ, je pensais me limiter à quelques uns, et rester sous le copyright classique pour les autres, et puis je me suis dit : pourquoi faire dans la demi-mesure ?

5848128_orig.jpg

Lire la suite...

Billets connexes

Nouvelles versions papier pour Pas tout à fait des hommes, Noir & Blanc, et Sorcières & Zombies

, 15:21

Suite à la mise à jour de leur mise en page et les relectures que cela a pu entraîner, il y a eu aussi quelques changements pour les versions papiers de mes livres.

blanc-noir-mini.png

Noir & Blanc, novella policière surnaturelle, est le livre qui est le moins touché puisqu'à part quelques petites corrections mineures c'est peu ou prou le même livre, que vous pouvez toujours commander pour 5€ si vous ne l'avez pas déjà fait.

Pour sa première enquête sur un meurtre, Mélanie est servie.

Non seulement son amie (ou était-ce ennemie ?) d'enfance est apparemment impliquée dans cette sombre histoire, mais en plus il ne s'agit jpas d'un évènement isolé.

Mais le plus gênant, c'est que «Lumière Blanche», secte vouée à l'élimination des démons et autres créatures maudites, a décidé de reprendre l'affaire en main pour faire le ménage.

Son enquête va mener Mélanie plus loin qu'elle ne l'aurait pensé et qu'elle ne l'aurait voulu.

endr-mini.png

En ce qui concerne Pas tout à fait des hommes, roman de fantasy, pas de grosses modification non plus, mais une qui est tout de même nettement plus visible, puisqu'il s'agit de la couverture. Le livre peut être commandé pour la somme de 12€ et des poussières.

« Je voyais les elfes plus grands »

Kalia, la seule elfe de la ville à travailler dans la garde, se contente d'ordinaire d'essayer de survivre et d'éviter les ennuis... Du moins, jusqu'au jour où elle rencontre Axelle, une voleuse démoniaque qui va bouleverser sa vie.

Avant de réaliser ce qui lui arrive, Kalia va se retrouver confrontée à des orcs révolutionnaires, des nains remontés, un général belliqueux, un vampire schizophrène, une prophétie obscure, une épée sacrée, un Élu au coeur pur, ainsi qu'une multitude d'autres choses potentiellement mortelles mais au nom moins impressionnant.

sorcieres-zombies-mini.png

Pour finir, le recueil de nouvelles Sorcières & Zombies est maintenant également disponible en version papier, et plus uniquement en numérique. Il peut être commandé pour un peu plus de 6€.

Sorcières & Zombies est un recueil de nouvelles mêlant fantastique et fantasy, humour et horreur, vampirisme et homosexualité, morts-vivants et enquête, transsexualité et sorcellerie.

Ce recueil contient quatre textes : « Route de nuit » et « Créatures de rêve » (fantastique) revisitent les clichés de l'horreur en jonglant entre cauchemar et réalité, tandis que « Sortir du cercueil » (fantasy) s'attaque aux vampires et que « Une mine de déterrés » (fantasy) mélange surnaturel et enquête policière.

Culpabilité de l'auto-éditée

Quelque mots sur le choix de passer par Amazon (par le biais de CreateSpace) pour ces trois livres : comme vous le savez peut-être, il s'agit d'impression à la demande, ce qui fait que seuls les livres commandés sont imprimés. L'avantage est que je ne me trimballe pas un stock de deux cents livres que je dois écouler pour essayer de rembourser l'argent investi pour l'impression. L'inconvénient est que le prix individuel du livre est plus important, et notamment pour des livres de petite taille (comme Noir & Blanc et Sorcières & Zombies) cela peut vite devenir un peu exorbitant par rapport au contenu, surtout qu'au prix du livre lui-même s'ajoute des frais de port qui peuvent être importants (ce qui n'est pas le cas avec Amazon et ses 0,01€). (Par ailleurs, le fait de passer par Amazon a l'avantage non-négligeable que le livre est disponible... sur Amazon, ce qui permet à des gens qui ne passent pas par mon site de savoir qu'il existe en version papier.)

J'ai bien conscience que ce choix est critiquable. Malheureusement, l'alternative était de proposer des livres produits un peu plus « équitablement » (même si tout est relatif : s'il existe quelques imprimeries coopératives ou autogérées, je n'ai pas connaissance que ce soit le cas pour de l'impression à la demande), peut-être aussi d'un peu meilleure facture, mais que seules des personnes en ayant les moyens auraient pu se payer. Je me pose pas mal de questions auxquelles je n'ai pas de réponses tranchées, j'essaie de réfléchir à d'autres méthodes (peut-être faire des souscriptions et ne lancer une impression que s'il y a un certain nombre de pré-ventes ? peut-être faire de l'impression plus DIY au format brochure pour des nouvelles, avec là encore le risque que le prix soit un peu démesuré par rapport au contenu ? ne plus proposer de version papier pour mes livres auto-édités, et me contenter du format numérique, mais se couper des gens qui n'ont pas de liseuse et n'aiment pas lire sur écran ?) ; en attendant j'ai pour l'instant fait ce choix, qui est évidemment discutable.

Tout ça pour dier que je comprendrais tout à fait que vous refusiez d'acheter ces versions papiers, et ces livres sont de toute façon toujours disponibles en version numérique sur ce site, gratuitement (même si vous pouvez faire un don en échange si vous aimez). Sinon, voilà, ils sont disponibles, et si vous les achetez j'espère qu'ils vous plairont.

Rock'n troll

, 21:58

Voilà une très courte nouvelle, pas forcément transcendante, qui est sans doute inspirée des discussions enflammées (pour ne pas dire des flamewars) sur les réseaux sociaux et des proportions que ça peut prendre, mais qui vient surtout du fait que je réalisais qu'il y avait un genre que je n'avais abordé dans mes écrits, et qui pourrait peut-être être rigolo. Ou pas. Je ne sais pas si je développerai cet aspect-là, mais en attendant, voilà le petit texte en question.

Comme d'habitude, vous pouvez le lire en-dessous, ou alors récupérer le texte au format :

(Ouais, vu la taille du texte, c'était peut-être pas indispensable...)

Thomas décapsula sa canette de bière et fit craquer ses doigts. Il s'apprêtait à passer à l'attaque. Pas physiquement, non, puisqu'il était seul dans son appartement, situé au septième étage d'un immeuble du centre ville. Thomas s'apprêtait à passer à l'attaque depuis son canapé.

Thomas était un troll. Pas la créature mythologique à la taille imposante : si Thomas n'était pas particulièrement petit, il n'était pas non plus très grand, et n'avait guère la carrure d'une armoire à glace. Thomas se contentait de sévir sur Internet, et particulièrement sur les réseaux sociaux qu'il affectionnait beaucoup ces derniers temps. Il était spécialisé dans l'attaque contre les féministes et les minorités déviantes, qu'il se faisait plaisir à insulter et à harceler. Il trouvait ensuite jubilatoire de voir les réactions outrées de ces salopes hystériques lorsqu'il se moquait d'elles.

Ce soir, il avait décidé de passer un cran au-dessus. Il avait repéré le site d'une de ces connasses, fouillé de fond en comble pour y trouver tout ce qu'il pouvait, et réussi à dégotter quelques informations compromettantes dont il savait pertinemment qu'elles feraient mal à Femigrrrl. Par exemple, révéler qu'elle s'appelait en réalité Sylvie Lefèvre, ou encore son adresse. Voilà qui la ferait flipper.

Lorsqu'il posta les informations qu'il avait réussies, par ses compétences techniques, à se procurer, la réaction de l'intéressée ne se fit pas attendre.

Tu sais quoi, trouduc ? Ce genre de choses pourrait te coûter cher.

Thomas eut un grand sourire devant la menace. Comme si elle allait porter plainte, c'était tellement crédible. Et évidemment, vu que lui faisait attention à ne poster que sous pseudonyme et à ne rien révéler de sa vraie vie, il ne craignait pas grand chose.

Thomas prit le temps d'avaler une gorgée de bière en réfléchissant à une réplique cinglante.

Tu me fais trop peur, Sylvie. Je me fais pipi dessus. Tu vas appeler ton petit copain Pierre ?

Thomas avait en effet réussi, en cherchant bien, à trouver des mails privés qui n'auraient jamais dû se trouver sur un serveur public. Quelle couillonne, cette fille. Elle l'avait cherché aussi. Ça lui apprendrait peut-être à se servir d'Internet.

Il y eut rapidement un réponse de Femigrrrl.

Tu devrais arrêter tes conneries MAINTENANT et présenter des excuses. Ou alors tu auras des soucis. Dernier avertissement.

Thomas se mit à rire, seul devant son ordinateur. Elle s'imaginait vraiment lui faire peur ?

Oh, je suis mort de trouille. LOL.

Il sirota ensuite une autre gorgée de bière, attendant la réponse de l'hystérique débile.

Déguste bien ta Heineken et réfléchis à ce que je dis. DERNIÈRE CHANCE.

Thomas faillit recracher sa gorgée et regarda sa canette, qui était effectivement une Heineken. Comment est-ce qu'elle savait ? Par hasard, peut-être ? Des tas de gens buvaient de la Heineken, non ?

Oh, tu as failli en foutre partout. Ça aurait été dommage de tacher ton beau canapé en cuir.

Thomas soupira. La webcam. Cette connasse avait dû pirater son ordinateur. Il devait admettre qu'il l'avait sous-estimée. Cela dit, ça ne l'inquiétait pas plus que ça. Au pire, elle allait lui faire quoi, lui effacer ses fichiers ? La belle affaire, il avait des sauvegardes sur son autre ordinateur. Il commença par cacher la caméra avec son doigt, puis tapa maladroitement de l'autre main :

OMG une script-kiddie. Tu sais te servir d'un programme de P1RATE, LOL. J'ai trop peur.

Il regardait les étagères devant lui à la recherche d'un rouleau de scotch. Il n'allait pas pouvoir rester éternellement le doigt sur sa caméra.

Derrière lui, il entendit deux vibrations et se retourna, surpris. Il fit un bond en arrière lorsqu'il aperçut la femme qui était en train de consulter son portable.

Elle était plutôt grande, mais pour le reste, c'était dur de voir à quoi elle ressemblait, car elle avait une cagoule violette sur la tête. Elle portait également une combinaison noire avec des lignes violettes, des docs violettes, et une cape violette et noire.

Elle tenait un téléphone d'une main, et une batte de base-ball de l'autre, qui reposait sur son épaule.

« Je ne suis pas une script-kiddie, répondit-elle, amusée. Je suis Captain Feminist. »

Thomas resta un moment bouche bée, la peur se mêlant à l'incompréhension.

« Quoi ? finit-il par réussir à dire.

— Le nom n'est pas forcément définitif », admit Captain Feminist.

Elle lui envoya alors un coup de batte en plein dans la jambe, sans qu'il n'ait pu s'y attendre. Tout au plus avait-il eu le temps de la décaler légèrement, sauvant temporairement son genou.

« Par contre, reprit la super-héroïne, je pense vraiment que je vais garder la batte. »

Sortie du recueil Sorcières & Zombies

, 00:37

cover-small.png

Sorcières & Zombies est un recueil de nouvelles mêlant fantastique et fantasy, humour et horreur, vampirisme et homosexualité, morts-vivants et enquête, transsexualité et sorcellerie.

Ce recueil contient quatre textes : "Route de nuit" et "Créatures de rêve" (fantastique) revisitent les clichés de l'horreur en jonglant entre cauchemar et réalité, tandis que "Sortir du cercueil" (fantasy) s'attaque aux vampires et que "Une mine de déterrés" mélange surnaturel et enquête policière.

Ce livre peut être commandé en version papier sur Lulu.com pour le prix de 10€, et est également disponible au format numérique sur Amazon pour un peu moins d'1€.

Les trois premiers textes, Route de nuit, Créatures de rêve et Sortir du cercueil ont déjà été publiés précédemment sur ce site, et peuvent toujours être téléchargés gratuitement.

La dernière nouvelle, Une mine de déterrés est un texte inédit de fantasy où deux détectives privés, Anya et Ray, enquêtent à la demande d'un syndicat de travailleurs sur une mystérieuse explosion survenue quelques temps plus tôt dans une mine.