Nouvelles Fantasy médiévale

Des univers avec des dragons, des elfes, des orcs, de la magie, dans un contexte médiéval, ou tout du moins moyen-âgeux.

dimanche, avril 8 2018

Une mine de déterrés

Une mine de déterrés, nouvelle de fantasy policière avec des zombiesDeux détectives privés, Anya et Ray, sont engagés par un syndicat pour enquêter sur l’effondrement d’une mine. Lorsqu’ils arrivent, avant même de pouvoir commencer à poser des questions, ils découvrent que la ville est en quarantaine à cause de la présence de zombies.

Y a-t-il un lien entre ces morts qui se relèvent et leur investigation ? Pour le savoir, Ray et Anya devront démêler un enchevêtrement de mensonges, et poursuivre une enquête dangereuse qui les confrontera à de la magie noire, de la corruption policière, de la colère ouvrière et aux intérêts patronaux locaux.

Une nouvelle de fantasy policière avec des zombies et de la lutte de classes

Lire la suite...

Dans le même univers...

jeudi, mars 22 2018

Sortir du cercueil

Sortir du cercueil, nouvelle de fantasy

William, un jeune peintre, fait le voyage vers un château isolé et lugubre de Transye Vanille, où il doit y dresser le portrait de la fille d’un comte.

Mais les occupants du château se montrent bien mystérieux, et il se pourrait bien que William encourt un grave danger. Heureusement, il pourra toujours compter sur son amie imaginaire et ses attirances romantiques inverties pour se sortir de toutes les situations. Mais il n’est pas certain que cela s’avère suffisant…

Livre électronique

Ebook gratuit

Livre papier

Cette nouvelle fait partie, avec trois autres, du recueil Sorcières & Zombies.

Commander (8€, 102 pages)

Extrait

William fit un sourire crispé à la petite fille qui lui tirait la langue et tourna la tête vers la fenêtre de la diligence.

Le paysage de la Transye Vanille était magnifique, avec ses belles forêts enneigées et ses montagnes majestueuses ; mais il commençait à s’en lasser un peu.

William était un artiste dans le besoin, aussi avait-il accepté la proposition du comte d’Ekul, qui le payait grassement pour qu’il vienne dans son château dresser le portrait de sa fille. Il n’avait juste pas réalisé que le voyage serait si long, que la diligence lui ferait si mal aux fesses, qu’il ne pourrait pas fumer pendant aussi longtemps et qu’il y aurait tant de monde à l’intérieur.

La voiture était en effet pleinement occupée : deux jeunes hommes bien habillés partageaient sa banquette, tandis qu’il faisait face à un couple hétérosexuel accompagné de leur petit monstre.

Ce n’était pas vraiment que William n’aimait pas les enfants : il les supportait tout à fait lorsqu’ils étaient suffisamment loin de lui, qu’ils restaient immobiles et se taisaient.

Non seulement la fille était à moins d’un mètre mais en plus elle avait l’affreuse tendance à faire des grimaces et à discuter. Pire, elle lui avait même parlé directement, situation dont il s’était sorti en feignant de ne pas comprendre la langue locale.

Il y avait aussi une septième passagère, qui, faute de place, avait la moitié du corps proprement à travers celui de son voisin. Si Angèle pouvait se mettre dans cette position, c’était parce qu’elle n’existait pas vraiment et n’était qu’une hallucination de l’artiste. Il avait tout fait pour que le phénomène cesse : arrêter de boire, boire beaucoup plus, prier et même se faire exorciser, mais rien n’y avait fait.

Ce n’était pas vraiment gênant lorsqu’il était seul, si ce n’est qu’elle lui tapait sur les nerfs ; mais lorsqu’il était accompagné, il ne pouvait se permettre de lui répondre sans passer pour un fou et, comme Angèle ne se taisait pas pour autant, c’était une situation on ne peut plus frustrante.

La diligence se mit enfin à ralentir, ce qui signifiait que le voyage touchait à sa fin. Il n’était pas encore arrivé car il ne s’agissait que d’un embranchement auquel le comte d’Ekul avait promis d’envoyer son cocher. William espérait qu’il tiendrait parole : le soleil commençait à disparaître derrière l’horizon et il ne tenait pas à passer la nuit dans la forêt.

Alors que les chevaux s’arrêtaient, la mère de la petite fille lui attrapa le poignet et lui murmura quelques mots. William se contenta de hocher la tête et descendit de la voiture avec soulagement.

Tandis que le cocher expédiait sans ménagement les deux valises du jeune homme au sol, la femme continua de parler, avant de faire finalement un signe de croix au moment où la diligence repartait.

— Qu’est-ce qu’elle disait ? demanda Angèle pendant que William s’allumait une cigarette.

— Oh, rien de bien important. De protéger mon cou, quelque chose comme ça. Et de buveur décent. Mais il n’y a pas de problème, j’ai pensé à amener une bouteille, je sais que ce sont des choses qui se font.

— Elle prend vraiment les étrangers pour des gens sans éducation.

— Elle a aussi dit quelque chose… que les choses là-bas n’étaient pas ce qu’elles semblaient être et que le mal était caché là où on ne le soupçonnait pas.

— Heureusement que tu aimes bien les mâles, alors, railla Angèle.

Lire la suite

Licence libre copyleft

Licence Creative Commons
Sortir du cercueil de Lizzie Crowdagger est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International. Les fichiers sources sont disponibles sur Github.

Ce texte est à prix libre : vous pouvez le lire sans rien débourser, mais si vous l’avez apprécié, vous êtes invité·e à ou à me soutenir sur Tipeee.

Dans le même univers...