Noir & blanc

Polar fantastique avec des anges et des démons

Noir & Blanc, polar fantastiquePour sa première enquête sur un meurtre, Mélanie est servie.

Non seulement son amie (ou était-ce ennemie ?) d’enfance est apparemment impliquée dans cette sombre histoire, mais en plus il ne s’agit pas d’un évènement isolé.

Mais le plus gênant, c’est que «Lumière Blanche», secte vouée à l’élimination des démons et autres créatures maudites, a décidé de reprendre l’affaire en main pour faire le ménage.

Son enquête va mener Mélanie plus loin qu’elle ne l’aurait pensé et qu’elle ne l’aurait voulu.

Livre papier

Ce petit roman (ou cette novella, plus précisément) peut être commandé via Amazon (7€, 90 pages).

Commander le livre

Ebook

Le livre électronique est disponible à prix libre intégral (vous payez ce que vous voulez, y compris rien du tout ou après lecture), donnant accès à trois formats : EPUB, PDF et HTML. 

Extrait

Dans les films, démarrer une voiture sans en posséder les clés est quelque chose de facile. On casse une vitre d’un coup de poing, et puis on se baisse sous le volant, on branche deux fils ensemble, et c’est parti. Et encore, ça c’est quand elle n’a pas été laissée la porte ouverte avec la clé derrière le pare-soleil.

Laura avait bien réussi à crocheter la serrure : ça, c’était du gâteau. Mais elle galérait depuis plus de dix minutes pour essayer de la faire démarrer.

Il faut dire que les voitures, ça n’était pas son truc. Pourtant, elle aurait pu ouvrir à peu près n’importe quelle porte en quelques minutes. Au pire, il suffisait de mettre un peu d’explosifs, et ça marchait partout, ou presque. Bien sûr, techniquement, on pouvait aussi appliquer la méthode des explosifs sur les voitures, et elle l’avait d’ailleurs fait un certain nombre de fois, et c’est vrai que ça défoulait, mais ce n’était pas comme ça qu’on pouvait aller d’un point A à un point B.

Tandis que Laura commençait à déprimer et à envisager de rentrer en stop, une magnifique Ferrari s’est garée juste devant elle. Un cadeau du ciel, ou techniquement, peut-être pas du ciel, mais peu importe.

Le type — un gars bien habillé, plutôt jeune par rapport à la moyenne d’âge des propriétaires de ce genre de voitures — a fermé la portière et l’a verrouillée avec un « bip-bip » qui a fait clignoter les phares. Il a ensuite rangé les clés dans sa veste.

Laura a mis ses lunettes de soleil, ouvert la porte, et est sortie juste à temps pour croiser le propriétaire du bel engin. Elle a trébuché, manqué de tomber, et a dû se rattraper au riche monsieur.

En arborant son sourire le plus charmant alors qu’il plongeait son regard vers son décolleté, elle lui a expliqué qu’elle était désolée, passez une bonne journée, au revoir.

Le type a fait quelques pas, un peu hébété, avant de se retourner. Il s’est dit que cette fille avait un beau petit cul. S’il n’avait pas été si pressé, il lui aurait bien proposé de faire un tour dans sa voiture.

C’est quelques pas plus loin qu’il a entendu le « bip-bip » de cette dernière, qui se rouvrait. Laura ne trouvait pas spécialement qu’elle avait un beau petit cul, surtout qu’elle ne le voyait pas souvent, mais elle avait effectivement envie de faire un tour en Ferrari.

***

À une centaine de mètres de là, dans une église, le curé, qui s’appelait Johnatan Delaur, et qui se trouvait être mon oncle maternel, était allongé dans une flaque de son propre sang, un couteau planté dans l’estomac.

Dans un film, il aurait peut-être écrit le nom de l’assassin avec son sang. Et, s’il l’avait fait, ça aurait sans doute un peu accéléré l’enquête qui allait être menée.

Mais il ne s’agissait pas d’un film et il n’a pas laissé d’indices. Je ne crois pas qu’on puisse lui en vouloir. Il pensait sans doute à autre chose.

Quoiqu’il en soit, la Mort est venue le faucher quelques minutes après, au moment même où Laura appuyait sur l’accélérateur et lâchait les cinq cents chevaux de son nouveau jouet sur l’autoroute.

Bon, peut-être pas exactement au même moment, je n’en sais rien, et, finalement, ça n’a pas une grande importance.

Lire la suite

Licence libre copyleft

Licence Creative Commons
Noir & blanc de Lizzie Crowdagger est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International. Les fichiers sources sont également disponibles sur Github.

Critiques

Votre avis sur ce livre

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le vendredi, mai 20 2011, 20:50 par paula

je viens juste de le lire... j'ai adoré, j'espère trouver d'autres nouvelles à télécharger, j'ai du mal dans mes recherches...

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.