Punk is undead

Punk is undead

Romance para­nor­male lesbienne

Punk is undead, romance paranormale lesbienne

Quatrième de couverture

Je m’appelle Jes­si­ca, je viens d’emménager dans une nou­velle ville, et je cherche juste à faire comme tout le monde : trou­ver un tra­vail, ren­con­tr­er l’amour, et avoir une vie sta­ble et sat­is­faisante.

Sauf que mes seules oppor­tu­nités pro­fes­sion­nelles sont de boss­er pour des vam­pires, que la voi­sine sur laque­lle j’ai un crush est une skin­head lou­ve-garou, et que mes ten­dances masochistes ne sont pas tou­jours très bien com­pris­es.

Lorsque des gens com­men­cent à se faire descen­dre autour de moi, je ne suis pas très sur­prise. La seule chose de sta­ble dans ma vie, c’est bien ma capac­ité à attir­er les emmerdes. 

Jes­si­ca accom­pa­gne son amie Car­men, gérante d’un salon de thé vam­pirique, à une grande ren­con­tre des morts-vivants de la ville. Alors qu’elle essaie pénible­ment de com­pren­dre les enjeux de la poli­tique vam­pirique et de repér­er les dif­férentes fac­tions, elle réalise qu’une intruse surnom­mée Bloody Mary risque d’apporter un peu de piquant à la soirée.

Car si, en apparence, il n’y a que dis­cus­sions tran­quilles, petits fours, cham­pagne et sang syn­thé­tique, les inim­i­tiés peu­vent vite dégénér­er, les canines ressur­gir et les gros cal­i­bres apparaître.

Cela dit, tout ça n’est pas le plus gros souci de Jes­si­ca, car ce qui occupe le plus ses pen­sées, c’est sa voi­sine Chloé, et com­ment trou­ver une façon sub­tile mais effi­cace de l’aborder.

  • Jes­si­ca parvien­dra-t-elle à pro­téger son amie Car­men des règle­ments de comptes entre vampires ?
  • Qui est cette mys­térieuse Bloody Mary ?
  • Com­ment dra­guer sa voi­sine skin­head louve-garou ?
  • Les vam­pires ont-ils par­fois besoin de lunettes ? Craig­nent-ils vrai­ment tous le soleil ?

Lire le livre

Livre broché (472 pages, 20€)

Punk is undead est disponible au for­mat papi­er (livre broché) pour le prix de 20€.

Ebook

Punk is Undead est disponible en ver­sion numérique à prix libre, aux for­mats EPUB, HTML et PDF.

Si vous ne souhaitez ou ne pou­vez pas soutenir l’autrice immé­di­ate­ment (ou que vous l’avez déjà fait), vous pou­vez égale­ment accéder à l’e­book gratuitement : 

Extrait

Mon télé­phone portable réglé en mode réveil s’est mis à pass­er à plein pot un son indus­triel et j’ai pénible­ment ouvert les yeux. Ce n’était pour­tant pas exacte­ment l’heure du chant du coq : j’avais réglé l’alarme à dix-sept heures. À force de fréquenter des vam­pires, on s’adapte à leurs horaires.
Je me suis lev­ée avec dif­fi­culté et j’ai titubé jusqu’à la salle de bains. Je me suis arrêtée quelques instants pour faire un pipi du « matin », puis je me suis placée sous la douche et j’ai fer­mé les yeux. J’ai ensuite pris une grande inspi­ra­tion, et j’ai ouvert le robi­net d’eau froide.
Rien de tel pour se sor­tir un peu la tête du cul. D’accord, je suis masochiste, je ne con­seille pas for­cé­ment ça à tout le monde, mais per­son­nelle­ment, c’est ma méth­ode de choix pour réus­sir à émerg­er rapi­de­ment.
Non pas que je l’applique sou­vent : je passe d’habitude l’essentiel de mes journées à glan­der sur mon canapé et à regarder des films ou des séries télés, autant dire que je suis rarement très pressée en me lev­ant. Mais ce soir, je devais retrou­ver Car­men dans sa bou­tique dès la tombée de la nuit pour un petit boulot, aus­si étais-je un peu plus speedée qu’à l’accoutumée. Je me suis donc séchée rapi­de­ment avant d’enfiler un pan­talon en cuir noir et un corset rouge, puis j’ai rapi­de­ment coif­fé mes longs cheveux bruns.
J’ai aus­si pris le temps de me maquiller, en par­tie pour moi-même mais aus­si parce que ça fai­sait un peu par­tie du job de ce soir. J’ai appliqué une base de fond de teint et ai mis un peu de rouge à lèvre et d’eye-lin­er noir. Voilà, j’étais prête.
Comme il me restait encore une dizaine de min­utes, j’ai fumé une cig­a­rette dans mon canapé en sirotant un verre de Coca frais, avant d’enfiler mes Dr Martens vio­lettes et de me met­tre en route.
***
En descen­dant les escaliers, j’ai croisé ma voi­sine skin­head, qui, elle, sor­tait de l’ascenseur. Elle devait ren­tr­er du taf, je sup­pose, ou un truc comme ça. Je n’ai pas pu m’empêcher de rou­gir en la voy­ant. Quelle idiote.
Je ne suis pas comme ça, d’habitude. Pas du genre à m’amouracher d’une voi­sine. Quand j’ai envie de faire du sexe avec quelqu’un (enfin, surtout quelqu’une) je suis plutôt du genre à lui deman­der explicite­ment, sans spé­ciale­ment me pren­dre la tête avec des his­toires roman­tiques. Mais avec Chloé, je ne sais pas pourquoi, c’était dif­férent : rien qu’à la voir, j’avais mon cœur qui bat­tait la chamade. Ce qui était d’autant plus absurde que je ne fai­sais que la crois­er et qu’on n’avait jamais échangé plus que ça.
J’avais envie de l’aborder, mais aucune idée de com­ment faire. Mon approche clas­sique et fort peu sub­tile aurait été de lui faire une remar­que du genre « hé, salut, j’ai une nou­velle paire de menottes qui ne demande qu’à être essayée, ça te dirait ? », de pren­dre du bon temps en cas de réponse pos­i­tive et de pass­er à autre chose en cas de réponse néga­tive. Mais j’avais peur qu’une approche aus­si frontale ne lui fasse peur et je me dis­ais qu’il fal­lait sans doute faire plus sub­til.
— Salut ! ai-je donc dit.
— Salut, a‑t-elle répon­du.
Et j’ai con­tin­ué à descen­dre les escaliers en me sen­tant encore plus bête, tan­dis qu’elle enfonçait la clé dans sa ser­rure. Peut-être que c’était un peu trop sub­til.
J’ai pris une grande inspi­ra­tion en arrivant au rez-de-chaussée. Ce n’était pas le moment de penser à ce genre de con­ner­ies. J’ai essayé de me sor­tir la skin­head pulpeuse de la tête et de penser au taf que j’allais faire ce soir. Au moins, avec Car­men, je savais sur quel pied danser.

La chair & le sang

Punk is undead  est l’intégrale de la pre­mière sai­son de La chair & le sang, une série de romance para­nor­male les­bi­enne (à ten­dance sado-masochiste) mêlant his­toire d’amour, enquête sur­na­turelle et action endi­a­blée, avec une touche de punk et d’humour. Punk is undead regroupe les cinq épisodes pub­liés séparé­ment (légère­ment remaniés), for­mant une his­toire complète.

Dans le même univers


A propos Lizzie Crowdagger

Écrivaine holistique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.